La Villa Izoï

null

Nous avons accueilli le premier résident à la Villa le 15 juin 2016. Ce fut l’aboutissement de plusieurs années de travail autour d’une équipe motivée et soucieuse de penser un établissement répondant aux besoins des malades et de leur famille. Porteur d’une éthique du soin pensée et explorée à la Maison de Gardanne depuis plus de 20 ans, nous avons toujours réfléchi ce lieu comme un espace qui assure la pérennité de soins de qualité autour d’une esthétique environnementale.

Nous restons conscients des difficultés auxquelles nous serons confrontés. La prise en charge de personnes en fin de vie reste une confrontation toujours « bousculante» pour les équipes soignantes. Quand cette rencontre s’inscrit dans une certaine temporalité s’y ajoutent alors des problématiques qu’il nous appartient de penser.

Le groupe de travail qui s’est régulièrement réuni pendant près de trois années a tenté d’anticiper au mieux les réalités auxquelles nous devrions faire face. Mais penser tous ces possibles ne peut que se faire dans une extrême humilité et une capacité aux ajustements incontournables.

Nous avions imaginé un profil de personnes susceptibles de pouvoir bénéficier d’un accueil à la Villa. Plusieurs critères avaient été profilés correspondant aux situations rencontrées à la Maison et pour lesquelles nous étions en difficulté quant à l’élaboration d’un devenir satisfaisant.

Pour mémoire nous pensions ce lieu pour des personnes de moins de 60 ans atteintes de pathologies évolutives et dont le pronostic restait réservé à court ou moyen terme. Par ailleurs nous souhaitions aussi pouvoir accueillir des personnes fragilisées sur des temps de répit nécessaires pour penser un réajustement de leur lieu de vie. Ces réalités s’inscrivant souvent dans un contexte socio-économique et culturel très affaissé par l’histoire des personnes et l’impact de la maladie.

Notre intuition première s’est avérée dépassée par la réalité du besoin d’accueil des personnes en demande de prise en charge. Le profil des demandes d’admission correspond majoritairement au cahier des charges imaginé pour notre établissement. On retrouve une forte demande pour des personnes atteintes de cancer. Nous avons été étonnés d’être autant sollicités pour des personnes âgées de moins de 35 ans. La notion d’isolement socio-familial et donc l’impossibilité d’être pris en charge dans un domicile est dominant et correspond bien à nos constatations pré-projet. La médiane de prise en charge se situe environ à 3 mois. Nous avons également pris en charge des personnes en temps de répit afin de les aider dans un temps de rupture bien souvent à réorganiser une possibilité d’hébergement en structure.

L’organisation et le fonctionnement de la Villa ont été pensés en s’inspirant de notre expérience de soignant au sein de la Maison. Nous sommes partis d’un postulat éprouvé depuis de nombreuses années dans nos prises en charge à savoir une harmonie entre compétence et appétence. Compétence dans l’abord technique du soin et appétence à la relation humaine s’harmonisent pour penser la relation dans une vision holistique.

Moyens mis en oeuvre

Notre souci initial fut de penser le recrutement d’un personnel nouveau ayant les capacités professionnelles requises sachant qu’au niveau de l’expérience la plupart était novice dans la prise en charge auprès de personnes en fin de vie. Nous avons donc prévu une formation intensive de 3 semaines avant l’ouverture de toutes les personnes embauchées. Les interventions ont été assurées par le personnel de la Maison et quelques intervenants extérieurs dans un souci de pluralité et d’éclectisme. Nous pensons avoir pu faire passer un message d’enthousiasme et de cohésion.

Le personnel recruté répond à toutes les catégories professionnelles constituant un établissement de soins.

Un encadrement composé d’un médecin-directeur, d’une infirmière coordinatrice et d’une gouvernante.
Une équipe soignante constituée d’infirmières, d’aides-soignants et d’aides médico psychologiques
Une psychologue
Une kinésithérapeute
Une art thétapeute
Des agents de service
Des cuisiniers
Une secrétaire
Un factotum

Nous avons intégré également une équipe de bénévoles. Par ailleurs il existe une mutualisation de certains pôles avec la Maison :

Administratif, financier, ressources humaines et pharmacie

Le Dr La Piana Jean-Marc assure la direction générale de l’ensemble des unités.

Au-delà des personnes, nous avons pensé ce lieu dans un souci d’esthétisme constant. L’architecture, la décoration et le rythme général de la Villa offrent une atmosphère propre à recréer un certain sentiment de bien-être à celui qui est accueilli. Tout en préservant les fondamentaux sanitaires et médicaux nous développons une certaine idée du prendre soin dans un esprit d’échange et de convivialité. En ce sens nous avons eu le souci de penser la structure privative et communautaire du lieu afin qu’elle puisse être ce lieu de ressourcement personnel et collectif.

Organisation du travail

La prise en charge proposée à la Villa retrouve les grands axes que nous avons toujours souhaités mettre en œuvre à la Maison ; une qualité des soins médicaux dans un environnement qui permet à la personne malade de rester vivante jusqu’au bout. Ce souhait pourrait paraitre banal en soi, là où nous mettons en place une offre de soins qui prennent en compte le corps et l’esprit. Cet aphorisme mérite que l’on s’y arrête car il est le fondement même de notre métier. Cependant il est difficile aujourd’hui dans les établissements sanitaires de pouvoir prétendre à ce double enjeu de la personne. Les contraintes diverses ne le permettent bien souvent pas.

Notre organisation du travail est tournée vers le résident. Le rythme tente d’être adapté aux besoins fondamentaux de la personne. Le soin est pensé adaptatif et non systématique. Chaque résident est accompagné tout au long de sa journée par un soignant référent qui va organiser avec lui le déroulé de la journée tant sur le plan des soins que des activités annexes. Un kinésithérapeute est présent tous les jours dans un travail adapté aux possibilités de chacun. Une psychologue se tient à la disposition des personnes désireuses d’une rencontre. L’équipe d’encadrement veille à la cohésion de l’ensemble.

Les soins médicaux proposés respectent les référentiels biomédicaux classiques. Il y a possibilité d’externaliser les examens complémentaires. Les traitements nécessitant une prise en charge spécifique en milieu hospitaliers sont assurés.

Une attention particulière est donnée à la nourriture au sein de la Villa. Notre cuisine est faite sur place par des cuisiniers attentifs aux règles diététiques mais également, si possible, aux spécificités de chaque résident tant sur ses goûts que ses capacités à ingérer. Tout autant que les qualités gustatives, un sens de l’esthétique a été travaillé autour de ce temps du repas pour ce qui est des locaux et de l’organisation des repas. Le personnel soignant est présent dans ce temps.

Dans le respect des soins nécessaires nous avons développé une prise en charge assurée par notre art thérapeute et des bénévoles afin de proposer un temps autour de la créativité à laquelle nous attachons beaucoup d’importance. Ces temps sont organisés avec les soignants afin de tenir cet équilibre parfois difficile entre le temps du soin et le temps du prendre soin autrement.

Cette tâche qui nous incombe nécessite des temps de réunion quotidiens avec tous les intervenants de la Villa présents. Ces temps nous sont indispensables afin de partager sur les situations souvent complexes auxquelles nous sommes confrontés.

Nous n’oublions pas dans nos temps respectifs l’accueil des proches et des familles. Nous restons très disponibles aux besoins exprimés par les accompagnants. Nous sommes donc dans nos fonctions propres sollicitables très facilement.

De même le lien est gardé avec les équipes soignantes hospitalières et libérales à travers des échanges fréquents informatifs et réflexifs.